Si l’on pouvait réfléchir sur l’état de la gérontologie et de la gériatrie au Congo.

                    Par Dieudonné ANTOINE-GANGA.

La gérontologie est l’étude de la vieillesse et des phénomènes de vieillissement sous leurs divers aspects morphologiques, physiopathologiques, psychologiques, sociaux, etc.  La gériatrie, quant à elle, est la médecine de la vieillesse et l’ensemble des moyens préconisés pour retarder l’apparition de la sénilité.

Dans notre pays, les problèmes particuliers liés aux personnes âgées, et au traitement des maladies liées au vieillissement, se posent avec acuité. Nul n’est besoin de rappeler ici le respect que nous devons aux personnes âgées que nous vénérons par ailleurs. Les vieux, les mbutas, les mibangés sont des baobabs, des sachants, des dépositaires de la tradition et de nos valeurs.

Si je ne m’abuse, dans nos hôpitaux, l’on ne trouve pas de service de gérontologie ou de gériatrie, comme l’on y trouve par exemple les services de pédiatrie, de maternité, de neurologie, de cancérologie, de drépanocytose, etc.

Notre compatriote, le Docteur Diaz Patrice Badila Kouendolo, gériatre qualifié, Docteur en psychologie du Vieillissement, Chef de Service Gériatrie à l’Hôtel Dieu le Creusot en France, pense qu’il est temps pour la société congolaise en pleine mutation de réfléchir sur le vieillissement, de veiller ipso facto sur nos vieux afin d’améliorer leurs conditions de vie. A ce propos, il affirme que « les sociétés modernes ont pris en compte le vieillissement de leur population, à travers l’étude de phénomène du vieillissement et des problèmes particuliers aux personnes âgées. La prise en charge médicale du sujet âgé, serait une prise en charge globale, c’est-à-dire médico-psycho-sociale avec une composante économique se décomposant de façons suivantes : médicale, psychologique et sociale.

1/ Médicale :

 Par des pratiques adaptées, des traitements, par la démarche de soins personnalisés validés scientifiquement.

2/ Psychologique :  

Une faiblesse psychologique peut accompagner le grand âge ; il faut prendre en compte l’émergence des pathologies dégénératives tels que la maladie d’Alzheimer, la démence fronto-temporale, la démence vasculaire et les autres démences apparentées…   

3/ Sociale :

Les difficultés économiques, la dislocation de la famille, l’absence ou la disparition de l’entraide familiale aboutissent à des désastres humains d’autant plus que le système des pensions est pour le moins marginal.

En effet, ‘’ l’on ne peut pas connaitre le gout du lait si on ne l’a jamais gouté’’. D’où la nécessité d’une profonde et adéquate réflexion sur l’introduction d’une culture gériatrique à travers les filières médicales et paramédicales.

Une prise de conscience de cette discipline comme celle de la prise en charge de la mortalité infantile après les indépendances en Afrique, donne l’espoir de la possibilité de connaître le même succès sur une prise en charge globale de la personne âgée en Afrique et en particulier dans notre pays.

L’on ne peut plus se permettre l’économie d’investir dans une telle filière gériatrique qui comprendrait :

Un hôpital gériatrique dit central dans les principales villes du pays.

La création d’unités de « service de gériatrie » dans les centres hospitaliers existants dans notre pays.

La création d’un véritable lien entre la gériatrie hospitalière et la médecine de ville… « Filière Ville Hôpital ».

Mettre en place les conditions d’une expertise des pathologies dégénératives comme la maladie d’Alzheimer et les démences apparentées … »

En effet beaucoup de nos compatriotes souffrent déjà de ces pathologies. Il est donc temps de réfléchir sérieusement sur l’état de santé de nos vieillards dont certains qui ont la chance, sont placés chez les petites sœurs des pauvres à côté de la cathédrale Sacré Cœur de Brazzaville et d’autres sont presqu’abandonnés au village ou de ce qu’il en reste, sous le prétexte fallacieux de sorciers.

« Tu honoreras, ton père et ta mère » nous enjoint le 4ème commandement de Dieu. Ne nous y dérogeons pas, en les honorant sous toutes les formes, médicales, sociales et économiques jusqu’à leur rappel par Dieu, notre Créateur.

Dieudonné ANTOINE-GANGA

Diffusé le 09 août 2021, par www.congo-liberty.org

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Si l’on pouvait réfléchir sur l’état de la gérontologie et de la gériatrie au Congo.

  1. le fils du pays dit :

    Un excellent article.Nombreux Congolais soucieux de l’avenir de leur peuple et de leur pays continuent a faire de bonnes propositions.
    Je peux l’affirmer sans equivoque que si les pres de cent milles milliards de petrocfa siphonnes par les Oyocrates etaient entre les mains de Mr Massamba Debat ou entre celles de Mr Milongo,le Congo aurait pu resoudre tous ses problemes au bas mot a 98%.Ce sont deux Managers hors paires et ils restent la reference pour le Congo.

Laisser un commentaire