LES CONGOLAIS ET LA FRATERNITÉ. Par Dieudonné ANTOINE-GANGA

En 61 ans, notre pays aura été dirigé par six Présidents : l’Abbé Fulbert Youlou, Alphonse Massamba-Débat, Marien Ngouabi, Joachim Yhombi-Opango, Pascal Lissouba, et Denis Sassou-Nguesso, actuellement au pouvoir, ont eu à prononcer trois mots clés qui reviennent souvent dans leurs discours respectifs : Unité, Paix et Fraternité, tout en nous demandant soit « d’enlever tout obstacle sur le chemin de la paix, de transcender nos égoïsmes et nos divisions, nos rancœurs et méchancetés inutiles pour la construction d’un Congo démocratique, digne de nos meilleures traditions sociales et morales animées par l’esprit de famille élargie, l’esprit de fraternité et de solidarité agissantes » soit  « de jeter les bases d’un Congo nouveau, moderne de développement, de progrès, prospère pour toutes les Congolaises et tous les Congolais, un pays de tolérance, de respect mutuel et de fraternité. » Ainsi, pour consolider cet esprit de fraternité entre tous les Congolais du Nord au sud, de l’Est à l’Ouest, sous la présidence de M. Alphonse Massamba-Débat, l’on s’appelait ‘’frères’’ au lieu de ‘’ camarades ’’.

La Fraternité, serait-elle un devoir pour nous, Congolais ? Pourquoi en parler ? Je me permets d’en parler pour la simple raison que nous chantons dans notre hymne national ‘’oublions ce qui nous divise, soyons plus unis que jamais, vivons pour notre devise Unité, Travail Progrès.’’ Donc, l’un de nos devoirs est celui de la Fraternité, émanation de l’Unité et de l’Amour fraternel qui en sont les fondements. Une loi qui fait appel à l’altruisme et au sens du devoir.

Mais qu’est-ce que le devoir ? Selon le Larousse, le Devoir est « ce que l’on doit faire, et qui est défini par le système moral que l’on accepte, par la loi, par les circonstances. » Quant à la Fraternité, le Larousse la définit comme « le lien existant entre personnes considérées comme membres de la famille humaine. » En un mot, la fraternité est le lien qui nous unit. Lorsque dans le monde, l’on prononce le mot ‘’fraternité’’, chacun pense immédiatement aux associations des personnes. Tel est le cas des fraternités des grandes écoles, des associations religieuses, ou des ’’Mizikis’’, etc.

La fraternité, c’est aussi le fait pour les hommes, d’être frères, nés d’une même mère ou d’un même père. Elle traduit donc la double relation, comme les axes d’un plan : l’axe vertical de la relation filiale, et l’axe horizontal de la relation d’égalité entre les fils.

La fraternité est aussi l’expression du lien moral qui unit une fratrie. Etymologiquement, le sens originel du mot fraternité vient du mot latin fraternitas qui fait référence à la relation entre frères. Voilà pour le sens strict.

Mais au-delà de la consanguinité, le sens de la fraternité s’est étendu ; et, dans son extension, elle est devenue un modèle du et de vivre ensemble. Elle représente un lien entre peuples. La fraternité désigne alors le sentiment profond de ce lien et comporte une dimension effective. Ainsi donc, la fraternité peut avoir un sens plus ou moins large ; l’on peut parler de fraternité pour une fratrie, ou de la fraternité d’armes qui unit des combattants, ou, dans son sens le plus large, de fraternité universelle qui s’exprime notamment dans l’idéal philosophique du cosmopolitisme.

Le concept est d’une richesse si importante qu’il est utilisé dans le premier article de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : ‘’Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.’’ Ainsi, nous les hommes, avons un devoir de fraternité ; et cette fraternité doit être universelle, c’est-à-dire que les droits et les libertés que nous avons à notre actif, doivent être transmis. Nous les tenons des personnes qui ont vécu avant nous et nous nous devons de les transmettre et de faire en sorte que l’avenir ne soit plus incertain pour ceux qui nous suivront. Pour ceux-ci, je suis convaincu qu’il s’agit d’un avenir radieux possible, à long terme. C’est donc dans cet esprit que la fraternité nous pousse à avoir ce regard génératif car nous avons hérité de la terre ; nous la travaillons, nous la modelons actuellement et nous devons faire en sorte qu’elle soit un lieu de vie possible pour les générations futures. Il y aurait ici beaucoup à dire…

La fraternité doit aussi être qualitative en se préoccupant de droits fondamentaux tels que le droit à l’éducation, au travail, à la santé, et à l’expression des libertés individuelles dont découle l’épanouissement.

Enfin, la fraternité implique le devoir d’humanisme pour lequel elle se résout en somme en une simple égalité. Elle est le devoir de tout homme de faire un don de soi pour l’amélioration de l’humanité. Et comme disait le philosophe chinois, Confucius : ‘’Il faut placer avant tout le devoir et ne mettre qu’au second plan, le fruit de ce que l’on obtient.’’ Ou pour paraphraser Bossuet : ‘’Dieu a établi la fraternité des hommes en les faisant tous naître d’un seul, qui pour cela, est leur commun.’’

Comme le remarque aussi Jean Verdun, ‘’la fraternité se nourrit rarement d’idées communes.’’ Elle ignore les catégories et les origines sociales ; elle écarte les archétypes humains ; elle oublie les idéaux, les principes, les valeurs pour accepter l’autre tel qu’il est et quels que soient sa condition, ses parangons, ses convictions.

De son côté, Montaigne définissait ainsi ‘’ l’honnête homme’’ : ‘’c’est un homme mêlé, c’est-à-dire mêlé aux autres, aussi à l’aise avec le paysan qu’avec l’aristocrate, capable de converser dans le jargon de l’illettré comme dans le sabir de l’érudit.’’

Dans un groupe, la reconnaissance des différences signale l’identité. Or cette reconnaissance s’établit dans la réciprocité de la condition humaine, mais aussi dans le respect des diversité, l’écoute des autres, la tolérance à l’égard de leurs idées.

Le devoir de fraternité est difficile à vivre parce qu’il est paradoxal : s’écartant autant de l’égoïsme forcené que de l’allocentrisme béat, il interagit entre le respect de soi et l’amour des autres. Il aspire à l’estime de ceux que l’on aime pour éloigner de l’attachement à soi-même. Il ouvre sur la voie de l’humanisme, pour donner un but à l’humanité.

Parce que j’ai fait de mon frère, mon égal, parce que par équité j’ai reconnu sa différence et parce que je suis libre d’y inscrire par choix délibéré et j’assume, parce qu’enfin je me suis imposé ce devoir de fraternité qui, à défaut du sang, m’unit indissolublement à lui par l’esprit et par le cœur, alors je peux revendiquer la même chose de lui : un droit à la fraternité envers moi. En résumé, le Congolais a le devoir et l’obligation d’aimer et d’aider ses compatriotes ; il leur doit assistance. C’est en général un devoir qu’il remplit avec joie. Cependant il ne doit pas oublier que la véritable fraternité a besoin de franchise, d’amour et d’exigence. Quand des compatriotes, nos frères et sœurs se conduisent mal, manquent à la parole donnée, laissent leur frère ou leur sœur au bord de la route, se montrent durs ou égoïstes, le devoir de ceux qui sont leurs frères et sœurs, est de le leur dire, et le cas échéant, de prendre part pour leurs victimes. Être le frère d’un frère ou d’une sœur, être la sœur d’un frère ou d’une sœur, c’est être le frère ou la sœur de leur honneur. Ainsi quand un frère ou une sœur font un acte d’honneur, l’on est tous honoré.

Charles Péguy a écrit que la fraternité était un devoir d’urgence. Dans un monde en plein chamboulement où les valeurs fondamentales sont mises à mal par l’individualisme forcené et le règne du paraître, par l’arrogance, les Congolais doivent jouer un rôle plein et actif de porteur de valeurs humaines qui sont les leurs et non des antivaleurs qui commencent à être légion dans notre pays.

Qui dit fraternité dit recherche d’une relation qualitative à l’autre, source même de tolérance ; qui dit fraternité dit partage dans l’amélioration de la société humaniste dans des domaines aussi variés que la santé, l’éducation, la protection du plus faible, de la veuve, de l’orphelin, de l’ouvrier, l’acceptation de la différence comme un enrichissement et une source de progrès, la lutte contre l’esclavagisme moderne, contre l’exclusion, le tribalisme, le régionalisme, le népotisme, la misère, la violence, la pauvreté et la pensée unique. Les Congolais ont le devoir d’apporter leur pierre à la réalisation d’une humanité plus juste et plus humaine. Et ce, sans perdre le temps dans les palabres inutiles.

C’est en gardant espoir en la progression de l’humanité, en ayant foi en l’homme, en ayant confiance en son prochain, que le Congolais peut envisager une fraternité qui tende vers l’Universel, car ce qu’il peut, son frère ou sa sœur le peuvent aussi. C’est pourquoi j’affirme avec Victor Hugo :

« La poésie au front lumineux est la sœur

De la clémence, étant la sœur de l’harmonie.

Elle affirme le vrai que la colère nie,

Et le vrai c’est l’espoir, le vrai c’est la bonté,

Le grand rayon de l’art c’est la fraternité. »

Enfin, le devoir de la fraternité est un devoir intangible ; et comme tout devoir, il demande un effort : celui d’aller vers l’autre, vers celui ou celle pour qui nous n’avons pas d’attirance, et peut-être de l’antipathie. Le frère et la sœur qui diffèrent de moi, qui ne pensent pas comme moi, et qui n’aiment pas comme moi, me montrent une voie que je ne connaissais pas. Ils m’enrichissent parce qu’ils m’apprennent quelque chose. Nous devons tous nous frotter pour progresser ; nous frotter, mais sans nous affronter. Les différences sont belles quand les divergences demeurent fraternelles. J’ai dit.

Dieudonné ANTOINE-GANGA

Ancien Ministre des Affaires étrangère et de la Coopération 1991-1992

Diffusé le 19 juin 2021, par www.congo-liberty.org     

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à LES CONGOLAIS ET LA FRATERNITÉ. Par Dieudonné ANTOINE-GANGA

  1. Samba dia Moupata dit :

    Cher ya Dieudonné Ganga , c’est dans la confrontation des idées que naîtra un Congo plus stable et meilleur , sinon c’est le tribalisme , la censure et le génocide que nous vivons avec Sassou Dénis . Ce crétin Saboteur de Sassou est le contraire de c’est que définissait Montaigne sur l’homme honnête . Ya Nganga souvient toi à la jeunesse chrétienne on nous répétait que le prince du mensonge c’est le diable, donc Sassou Dénis , qu’il faut combattre jusqu’à la dernière énergie .

Laisser un commentaire